Des falsificateurs de documents de voitures sous les verrous

Quatre individus, âgés de 33 à 43 ans, originaires de la wilaya de Skikda, arrêtés dans leur véhicule dans un barrage de police en possession de pièces de permis de conduire et d’autres documents de voitures au nom de tierces personnes, ont été écroués, au début de cette semaine, à Jijel. Des armes blanches, une somme d’argent et des téléphones portables ont également été retrouvés dans leur véhicule. Un des permis de conduire retrouvé, ainsi qu’un téléphone portable en plus d’une somme d’argent de 60 000 DA et d’une clé d’un camion, appartenaient à un citoyen résident à Sidi Abdelaziz qui a déclaré avoir été victime d’un vol. Présentés au parquet de la ville de Taher, les mis en cause ont été écroués pour association de malfaiteurs, port d’armes blanches et falsifications de documents officiels.odejjijel.org

El Watan 18/09/2014 Par  Adam S.

ZIAMA MANSOURIAH

Le dérapage d’un camion militaire fait 9 blessés

Hier  matin vers 09 heures, un camion militaire qui circulait dans un convoi a dérapé et s’est renversé sur le bas-côté de la route reliant les communes d’Erraguene et de Ziama Mansouriah à 60 kilomètres au sud-ouest de Jijel au lieu dit « Darra El Hed  » faisant neuf (9) blessés. Les victimes ont été évacuées aussitôt par cinq ambulances de la Protection civile  vers les urgences chirurgicales de l’hôpital Mohamed Seddik Ben Yahia de Jijel. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie de la brigade de Ziama Mansouriah pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.odejjijel.org

L’Est Républicain 18/09/2014 Par M.Bouchama

ZIAMA MANSOURIAH

Des élèves ferment la RN 43

Le manque de transport scolaire rend inévitablement le quotidien difficile pour les dizaines  d’élèves de la localité de Chreaa  qui se situe à quelques km  du chef-lieu de la commune de Ziama Mansouriah à l’ouest de jijel,  et cela depuis la rentrée scolaire. Le début de semaine c’étaient les élèves de la localité des Aftis qui ont coupé à la circulation  la RN 43 pour réclamer le transport scolaire.  Hier ce fut  le tour des élèves de la localité de Chreaa.  En effet, la RN 43 reliant Jijel à Bejaia,  a été fermée à la circulation automobile, hier matin, aux environs de huit heures sur le tronçon  dit «  Oued Ledjnane » par les élèves de la localité de Chreaa à 10 kilomètres au sud-est de la commune de Ziama Mansouriah (Jijel). Ce qui n’a pas manqué évidemment d’occasionner un grand désagrément aux usagers de cette route où une longue file de voitures s’est formée. Les élèves demandent aux autorités locales de la commune de Ziama Mansouriah de mettre à leur disposition un bus de  transport scolaire pour rejoindre le CEM et le lycée de la commune d’El Aouana où ils sont scolarisés.  Une situation qui engendre non seulement des retards récurrents pour les élèves, mais aussi des dépenses supplémentaires pour les parents, qui doivent débourser, au minimum, 100 DA par jour et par enfant si par chance  l’enfant trouve un moyen de transport, car dans la matinée, ce n’est pas évident. Les parents ne sont pas restés de marbre devant cet état de fait. Ils ont lancé plusieurs appels aux autorités concernées afin de les sensibiliser pour qu’ils leur trouvent une solution et en finir avec ce  calvaire quotidien. Mais il semble que leurs plaintes tardent à trouver une oreille attentive. ‘’ Il faut que les autorités assurent le transport de nos enfants vers leurs établissements, pour leur permettre de poursuivre leur scolarité dans de meilleures conditions’’, dira un parent d’élève.  En attendant que les responsables prennent en charge ce problème, les écoliers et leurs parents doivent prendre leur mal en patience. odejjijel.org

L’Est Républicain 18/09/2014 Par M.Bouchama

Du Village Moussa à Sidi Moussa

Le choix de Christian Gourcuff pour le poste de son adjoint à la tête de la sélection s’est fait en mois d’août dernier et il est tombé sur l’ex-coach du CRBAF, Nabil Neghiz.

Depuis ce jour, les amateurs du football national et supporters de la sélection se demandent qui est réellement Nabil Neghiz, ce technicien que même Gourcuff ne connaissait pas auparavant ? Comment l’enfant de Jijel a-t-il pu entrer dans les plans du président de la FAF Raouraoua et aussi apparaître dans le champ de vision de notre sélectionneur venu du département du Finistère en France ? Dans une liste constituée de Bira, Merzekane, Ifticene et Ouardi, plusieurs personnes ne se «cassent» pas la tête et lient l’arrivé de Neghiz à sa carte de visite pourtant pas aussi riche que celle des quatre sus-nommés.

Sur ce plan, ils pensent qu’un Neghiz serait plus fin en matière de travail, du moment que sa carrière en tant qu’entraîneur vient juste de prendre une autre dimension plus intéressante, alors que les autres candidats ont déjà beaucoup de vécu. D’autres pensent que Raouraoua a bien fait de ramener le jeune entraîneur de 42 ans. Le président de la FAF aurait pensé aux aspects suivants : tempérament, caractère et aussi jeunesse et apprentissage, car bosser à côté d’une personnalité comme Gourcuff sera un privilège pour Neghiz.

El Watan a essayé d’«éplucher» le passé de ce technicien qui, comme plusieurs, a eu une petite aventure dans le foot en tant que joueur avant d’occuper le banc de touche. Nabil Neghiz évoluait au poste de milieu de terrain dans les années 1990, multipliant les va-et-vient entre tous les petits clubs proches de la wilaya de Jijel, telle la formation du Village Moussa, qui a permis à Neghiz le joueur de s’épanouir. Il y a aussi les équipes d’El Tahir, l’Etoile de Grarrem, l’E Collo et même Jil Azzaba.

Des passages rapides et cela jusqu’au début des années 2001-2002 où il est devenu entraîneur.  Etrangement, le grand mérite de la sortie de Neghiz de l’anonymat revient au MO Constantine et son président de l’époque Kamel Madani. Ce dernier cherchait en 2010 un technicien trilingue pour traduire les consignes du coach brésilien Joao Alves qui ne parle que le portugais et l’anglais. L’histoire ressemble à celle de José Morinho et Van Gall lorsque le duo bossait au FC Barcelone.

Bref, on a alors pris attache avec le coach brésilien pour nous donner plus de détails sur son ancien bras droit, disponible et libre à Lisbonne. Il dira ce qu’il pense de Neghiz : «Détrompez-vous, il a une forte personnalité, mais il connait ses limites. La preuve il n’a jamais interféré dans mes décisions. Facile, honnête, compétent et un vrai professionnel, il est du genre ouvert qui accepte les conseils. Il sait qu’il a une marge de progression importante à faire et qu’il va évoluer aux côtés de Gourcuff en sélection. Mon dernier conseil est de lui demander d’en profiter au maximum et de continuer à être toujours simple. Je suis très heureux pour lui.» odejjijel.org

El Watan 17/09/2014 Par A. Henine

Environnement : Menace sur Oued Djendjen

La commune d’Emir-Abdelkader (Jijel) est "sérieusement" menacée par les risques d’inondations pouvant provenir des crues de Oued Djendjen dont les berges sont "garnies" de décharges sauvages, a indiqué mardi à l’APS le président de l’assemblée populaire communale (APC), Samir Benouatta. 
D’importants dépôts de gravats, de matériaux hétéroclites et de déchets ménagers risquent d’obstruer l’Oued Djendjen ou de détourner l’écoulement naturel de ses eaux entre les communes d’Emir-Abdelkader et de Taher, plus exactement au lieu-dit T’Har Oussaf, a affirmé cet élu qui tire la "sonnette d’alarme" pour avertir les autorités compétentes de la wilaya.
Le lit d’Oued Djendjen, au même titre que d’autres rivières et oueds de la région affectés par le même problème, commence à se tarir, a-t-il affirmé, signalant que les dépôts de gravats et de matériaux hétéroclites provenant de chantiers de travaux, privés et publics, ont fait que les berges de ce grand cours d’eau sont "étranglés", au point où de fortes pourraient entraîner des inondations à même d’affecter de nombreuses superficies agricoles mais aussi des habitations riveraines.

Des appels ont été lancés aux instances concernées, comme la wilaya, la direction de l’Environnement, les services de l’Hydraulique et les services de sécurité, a encore souligné cet élu.
Ces dépôts sauvages, effectués généralement de nuit, constituent, selon M.Benouatta, "une sérieuse menace pour l’environnement, mais également pour les secteurs de l’agriculture et de hydraulique dans cette région commue pour ses différentes productions agricoles". 

Contactés par l’APS, les services de la direction de l’Environnement ont déclaré que trente-deux (32) décharges sauvages constituant encore des "points noirs", sont recensées à travers les 28 communes de cette wilaya où l’on dénombre trois (3) centres d’enfouissement techniques CET localisés à Jijel, Taher et El Milia.
En dépit des mesures prises par les pouvoirs publics pour endiguer le problème des décharges sauvages, l’incivisme de certains citoyens fait que l’on continue d’observer des dépôts de déchets, y compris sur les accotements des routes, au mépris du bons sens et de la règlementation en vigueur.
Ce type de comportements, estime-t-on à la direction de l’Environnement, ne fait pas honneur à la réputation de la célèbre corniche jijelienne qui entend retrouver son lustre d’antan et qui reçoit, chaque été, des centaines de milliers d’estivants et de touristes.odejjijel.org

InfoSoir 18/09/2014 Par Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

Akher Saâ 18/09/2014

Sawt El Ahrar 18/09/2014

An-Nasr 18/09/2014

Ech-Chaâb 18/09/2014

El Bilad 18/09/2014

An-Nahar El Djadid 18/09/2014

El Khabar 18/09/2014

El Massar El Arabi 18/09/2014

Accueil