Actualités sur Jijel en langues Française et Arabe

 

JIJEL

L’échangeur de Tassoust ouvert

L’échangeur de Tassoust situé sur le côté Est de la RN43, vient de voir le jour après 5 longues années de retard inexpliqué. Lancé en 2012 lors d’une visite de Amar Ghoul, alors ministre des Travaux publics, ce projet a nécessité une enveloppe financière estimée à 50 milliards de centimes. Conçu pour désengorger la circulation routière et faciliter les déplacements à partir de la RN43 vers la localité de Tassoust et la commune de l’Émir Abdelkader, cet ouvrage d’art, qui devait être réceptionné à la fin de l’année 2013, a pourtant été délaissé au cours de ces deux dernières années, pénalisant ainsi la population et les étudiants du pôle universitaire Mohamed-Seddik-Benyahia. En effet, pour se rendre à Tassoust, ces derniers étaient obligés de passer par Harraten puis le village de Boukhartoume en faisant face à une route dégradée, sinon faire un long détour jusqu’à Taher puis prendre le chemin communal menant à cette localité, soit un total de 1h de route pour arriver à destination. Après sa récente mise en service, les déplacements de Jijel vers Tassoust ne dépasseront pas les 15 minutes.odejjijel.org

Liberté 19/10/2017 Par Rayan MOUSSAOUI

 

Alerte à la présence de la moustique-tigre en Algérie

Les moustiques-tigres ont piqué plusieurs personnes à Alger où des plaintes ont été recensées. « Aucun  cas pathologique n’a été signalé » a assuré Dr Djamel Fourar, directeur général de la prévention de la promotion de la santé au ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière, à la journée de sensibilisation, tenue ce mercredi 18 octobre, à l’institut national de la santé publique.

Selon lui, en dépit des actions menées par Hurbal pour la désinsectisation des quartiers concernés, le risque demeure toujours », a-t-il averti.  Une  réunion du comité national des arboviroses  s’est  déjà  tenue pour faire un point de situation.  « Pour l’instant, il n’y a pas de risque mais  des désagréments. Nous n’avons pas de personne atteinte pour que la maladie soit transmise à d’autres », a-t-il rassuré. Le ministère de la santé va entamer une campagne nationale de sensibilisation à travers  les médias dans un premier temps.  « Pour le moment, des  mesures préventives seront prises et à  l’approche de l’hiver, le moustique va disparaitre. On prépare  surtout un plan pour l’année prochaine pour parer à toute invasion. Un dispositif de surveillance sera mis en place incessamment », a expliqué  Dr Fourar, qui citera la France ou 34 départements du sud  sont infestés. Il  préconisera enfin  de porter des vêtements amples et de couleur claire pour « éviter les piqures le matin, au lever du jour sur les chevilles et assécher les  flaques d’eaux au niveau des jardins».

Il rappelle que ce moustique a été identifié en 2010, notamment en Oranie et en Kabylie. 

Aucun continent n’a été épargné  par cet insecte qui  provient d’Asie du sud-est. Avec les nouveaux moyens de communication,  il a réussi à s’introduire partout. «Les pneus réchappés envoyés d’Asie vers le pays européens et pays africains ont été le vecteur de sa propagation », a-t-il ajouté.

Pour le Dr Zoubir Harrat, de l’institut Pasteur, « l’Homme   a un rôle important pour contrer  cet insecte très invincible et agressif ». « Il y a un plan d’alerte et un programme national et le renforcement des équipes de jeunes chercheurs à l’université.  Tout un réseau est installé au niveau des régions  infestées : Oran, Kabylie, Jijel et Alger. Nous travaillons de façon très étroite avec les universités, nos équipes supervisent les opérations de localisation, d’échantillage de l’insecte », souligne-t-il.  Il affiche son « optimisme » de la prise des mesures pour  « limiter » l’extension de l’invasion en  collaboration avec les bureaux d’hygiène communaux  et l’Epic Hurbal.

Enfin, la Directrice générale de l’Epic Hurbal,  Lynda Cheballah a exhorté le citoyen à préserver son  environnement. «Il  a un rôle à jouer  et doit signaler aux autorités sanitaires la présence du moustique  en entreprenant des  actions de prévention   qui consistent à  éliminer  tous les gites potentiels  dans son  jardin », a-t-elle affirmé. « Nous sommes disposés à intervenir partout  où le moustique tigre est identifié. Depuis juillet dernier, nous avons soixante équipes qui se déplacent  et sept autres  dédiées à   la double vacation (jour et soir) », assure t elle.odejjijel.org

Sudhorizons 18/10/2017 Par Samira Sidhoum

 

“ON TRAITE L’HYDROCÉPHALIE DEPUIS L’INDÉPENDANCE”…LE COUP DE GUEULE D’UN PROFESSEUR ALGÉRIEN

Dans une précédente publication, Alg24 avait rapporté le cas de la petite Jihane, une fillette de deux ans atteinte d’une hypertrophie du crâne, une malformation connue sous le nom d’hydrocéphalie. La famille de la petite Jihane avait ainsi lancé un appel pour que leur fille soit traitée en Tunisie.

Réagissant à notre article, le professeur Bouyoucef, chef de service neurochirurgie au CHU de Blida, a tenu à préciser que la malformation de la petite Jihane peut être traitée en Algérie. “Elle peut être opérée en Algérie, mieux qu’en Tunisie”, a déclaré le professeur Bouyoucef, assurant que les “CHU de Béjaia ou de Constantine”, à titre d’exemple -la petite Jihane résidant à Jijel- peuvent traiter ce genre de malformations.

“Nous avons été les premiers en Afrique à introduire de nouvelles techniques endoscopiques” dans le traitement de l’hydrocéphalie, poursuit révolté le chef de service neurochirurgie du CHU de Blida. “Je suis révolté de voir ce genre de malformations dans mon pays, surtout que l’hydrocéphalie a été éradiquée depuis des années dans les pays développés”, a-t-il martelé.

Selon lui, il n’y aurait pas eu 80% des cas d’hydrocéphalie ni de malformation congénitale du système nerveux central, Spina bifida en particulier, si le ministère de la Santé avait engagé des mesures de prévention et des campagnes de sensibilisation à travers, entre autres, les médias lourds. A cet effet, le professeur Bouyoucef pointe le Directeur de communication du ministère de la Santé. “Avec un traitement en acide folique un mois avant la grossesse et deux mois après” ce genre de malformations aurait été évité, cependant, nos initiatives dans ce sens ont été toutes empêchées.

Concernant le cas de la petite Jihane, le professeur Bouyoucef affirme que l’hydrocéphalie peut être diagnostiquée de visu à la naissance et même avant l’accouchement par des échographies.
Les campagnes pour décrocher des soins à l’étrangers, notamment à travers des collectes de dons, se multiplient de plus en plus en Algérie, ce qui suscite plusieurs interrogations quant à l’enjeu réel derrière ce qui est devenu aujourd’hui un phénomène sociétal.odejjijel.org

https://www.alg24.net/hydrocephalie-professeur-algerien/18/10/2017 Par Adherbal

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

La production nationale dans la filière sidérurgique devrait quadrupler à 12 millions de tonnes/an à l'horizon 2020 par rapport à 2017, indique le ministère de l'Industrie et des mines dans un document portant sur la situation et les perspectives de la filière sidérurgique en Algérie.

Aux 3,5 millions de tonnes/an (Mt/an) de capacités installées actuellement (sans le complexe El Hadjar), vont venir s'ajouter 8,5 Mt/an de ceux des projets des investissements en cours de réalisation. Cependant, précise la même source, dans le cas où le complexe d’El Hadjar atteindra le niveau de production projeté de 1,2 Mt/an, ces capacités globales pourraient hausser à 13,2 Mt/an en 2020.

Partant de ces projections et si les besoins de la demande nationale se maintiennent à leur niveau de 9 Mt/an enregistré en 2015, soit avant la mise en oeuvre du régime des licences d'importation, un excédent de l'ordre de 4,2 Mt/an sera ainsi dégagé en 2020.

 De surcroît, dans l'hypothèse où les projets approuvés par le Conseil national des investissements (CNI) mais non encore lancés (ETRHB Haddad Annaba, 4éme extension Tosyali, Bidewi Steel, Sarl Karatas, Insaat Aciérie) venaient à être concrétisés, cet excédent de production sera alors de 9,5  Mt/an, pronostique le ministère.

Quant à la situation actuelle de la filière sidérurgique, sa production nationale a enregistré une évolution de plus de 108% en 2016 comparativement à 2010 avec un volume de l'ordre de 2,5 Mt/an en 2016 et des prévisions de 3,2 Mt/an sur l'année 2017.

Concernant les importations des produits sidérurgiques, elles ont baissé de prés d'un (1) million de tonnes en 2016. Les besoins du marché national en produits sidérurgique, avant l'instauration en 2016 du régime des licences d'importation de ces produits (rond à béton et fil machine), étaient estimés à plus de 9 Mt/an pour les principaux produits sidérurgiques.

Quant à l'offre de ces produits (production nationale+importation), elle a connu entre 2010 et 2016 une nette évolution en passant de 5,54 Mt en 2010 à plus de 8,6 Mt en 2016, soit une hausse de 56%.

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre (4) principaux producteurs: Groupe public Imetal  (10 filiales dont le complexe Sider El Hadjar), le groupe turc Tosyali (à Oran), ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia (Annaba) et SPA Maghreb tubes (Ain Defla).

Toutefois, il est relevé une mauvaise exploitation des déchets ferreux. A titre d'exemple, depuis 2015, des difficultés d'approvisionnement en ferraille n'a pas permis à Torsyali à tourner à pleine capacité. Pour y faire face, cette société s'est vue contrainte d'importer de la billette pour combler ce déficit.

Selon les informations communiquées par cette société, un volume important de déchets ferreux est disponible au niveau de plusieurs entreprises publiques notamment Sonatrach et la SNTF, dont le volume est estimé à plus d'un (1) Mt qui reste inexploité en dépit des demandes introduites par cette société pour en disposer, y compris par le biais de la société nationale de récupération, filiale du Groupe Imetal.

Importations de plus de 36 milliards de dollars entre 2010  et 2016

Les importations des principaux produits sidérurgiques enregistrées durant la période allant de 2010 à 2016 ont atteint un montant global de 36,4 milliards dollars pour un volume de 41 Mt, soit une moyenne annuelle de 5,2 milliards dollars pour 5,8 millions de tonnes.

En 2016, la facture d'importation a baissé de 18% par rapport à 2015 en s'établissant à 4,91 milliards de dollars pour un volume de 6,2 Mt. Il est constaté que dans la structure globale des importations de 2016, trois (3) grands produits sidérurgiques totalisent, à eux seuls, plus de 70% en valeur (3,41 milliards dollars) et 60% en volume (3,75 Mt).

Il s'agit des tubes, tuyaux et profilés creux, des barres en fer ou en aciers non alliés (rond à béton) et des constructions et parties de constructions (ponts et éléments de ponts, portes d'écluses, tours,  pylônes...).

L'essentiel des importations provient des pays d'Europe (Italie, Espagne, France, Portugal, Grèce et Allemagne), de la Chine, de la Turquie et de la Russie.

Les principaux projets sidérurgiques en cours de réalisation

Dix (10) projets de production sidérurgique sont en cours de réalisation pour une capacité prévisionnelle de plus de 8,55 millions tonnes/an. Quatre (4) grands projets y figurent qui sont:

 1- Projet Algerian Qatar Steel (AQS): Joint-venture entre Qatar Steel international (49%), le Groupe Imetal (46%) et le Fonds national des investissements FNI (5%) pour la réalisation d'un complexe sidérurgique à Bellara (Jijel) qui devra produire 2 millions de tonnes/an (Mt/an) d'aciers spéciaux dans une 1ère phase avant de passer à 4 Mt dans une deuxième phase.

Montant total de l'investissement: 2 milliards dollars. La mise en exploitation partielle est prévue avant la fin de l'année 2017.

 2- Projet d'extension de la société turque Tosyali: projet devant augmenter les capacités actuelles de la société à 5,6 Mt/an (contre 2,9 Mt/an actuellement) L'extension sera achevée durant le 1er semestre 2018.

 3- Projet de réhabilitation-extension du complexe Sider El Hadjar: Pour une capacité de production projetée de 1,2 Mt/an de produits sidérurgiques.  

4- Projet Tuberie ETRHB: Capacité de production de 450.000 tonnes/an. La mise en exploitation de ce projet est programmée pour l'année 2018. 

Par ailleurs, quatre (4) grands projets ont été approuvés par le Conseil national d'investissement (CNI) et n'ont pas encore été lancés. Ces projets d'une capacité globale prévisionnelle de 5,37 Mt/an sont:

 1- Tosyali: Quatre (4) phases d'extension pour la production de produits plats et d'aciers spéciaux d'une capacité de 2,1 Mt/an.

 2- Sarl Karatas Insaat acierie: Unité de production de profilés de fer d'une capacité de 150.000 tonnes.

 3- Bidewi Steel SPA (algéro-chypre): Unité de production de billettes, ronds à béton et profilés, d'une capacité de production de 1,12 Mt/an.  

4- SPA Groupe ETRHB Haddad: Unité de production (rond à béton, tôle en  bobine, tubes sans soudure, billettes) d'une capacité de 2 Mt/an.odejjijel.org

http://maghrebemergent.info/ 17/10/2017

Exportation du ciment, d'engrais et du clincair: L'obstacle des autorisations préalables levé

Les opérateurs n'auront plus besoin, désormais, d'autorisations pour exporter leurs produits, notamment le ciment, du clincair, des engrais et autres produits.

C'est ce qu'a annoncé, hier, le ministre de l'Industrie et des Mines, dans une conférence de presse animée en marge de la cérémonie d'inauguration de la cimenterie Cilas de Biskra. Youcef Yousfi a soutenu que les exportateurs ne sont plus tenus d'avoir des autorisations préalables pour exporter leurs surplus de production. Il a cité à ce propos les industriels du ciment, du clincair et des engrais, qui étaient dans un passé récent soumis à formuler une demande auprès des pouvoirs publics avant d'entamer les opérations d'exportation. 
Cette décision est motivée par la volonté du gouvernement de lever toutes les contraintes se dressant devant les entreprises dynamiques et en pleine croissance dans leurs domaines. Elle est aussi justifiée par le contexte de développement de certaines filières qui arrivent à satisfaire le marché national et qui dégagent des excédents de production. S'agissant du ciment, le ministre a indiqué que l'Algérie atteindra l'étape de l'autosuffisance d'ici fin 2017. Il n'exclut pas que durant l'année 2018, il y aura des excédents de production qui devraient être destinés à l'exportation. 
En termes de quantités, le ministre de l'Industrie a avancé le chiffre de 22 millions de tonnes de production à l'état actuel. Cette capacité atteindra les 25 millions à fin 2017. Selon lui, le ciment sera le deuxième produit d'exportation après les hydrocarbures et qui permettra de sortir de la dépendance vis-à-vis du pétrole. Se montrant disponible à soutenir les opérateurs économiques engagés dans le projet de diversification, Youcef Yousfi invite les chefs d'entreprises à entreprendre des études de marchés à l'export et de prospecter les pays qui peuvent être des destinations des produits fabriqués en Algérie. Abordant la question de l'investissement de manière globale, il dira que la priorité de son département est de soutenir les industries de production d'engrais, d'ammoniac, mécanique et des textiles. 
Annonçant l'inauguration prochainement du complexe sidérurgique de Belara (
Jijel) réalisé par les qataris, le ministre a évoqué aussi le projet du complexe minier de Bir El Ater (Tébessa) d'exploitation de phosphate qui devra augmenter ses capacités de production de 1,5 à 10 millions de tonnes par an. L'objectif de ce projet est d'aller vers l'exportation, a-t-il tenu à préciser.

Industrie automobile

Par ailleurs, le ministre de l'Industrie est revenu sur la question des projets de l'automobile, en soulignant que la stratégie adoptée par les pouvoirs publics est celle d'encourager l'arrivée des sous-traitants afin de soutenir cette nouvelle activité. «Nous sommes actuellement en négociation avec des équipementiers mondiaux pour développer un tissu de sous-traitants qui fourniront des pièces et des composants pour l'ensemble de la filière mécanique, pas seulement pour l'industrie de montage des véhicules destinés aux particuliers. Nous visons à assurer les équipements de tous les moyens roulants, bus, engins et machines agricoles», a-t-il expliqué. Quant au projet de création de nouvelles zones d'activités industrielles, il a rassuré les investisseurs que les fameux parcs seront réalisés et que les décisions seront prises sous peu. Avec un air d'assurance, Youcef Yousfi a estimé que l'industrie, l'agriculture et le tourisme seront les axes de développement de l'économie nationale, citant à ce propos la réussite de Biskra comme wilaya-modèle qui approvisionne en produits agricoles tout le pays.odejjijel.org

Le Temps d’Algérie 18/10/2017 Farouk Belhabib

 

JIJEL

20 815 cartes magnétiques Edahabia distribuées

Les services d’Algérie Poste de la wilaya de Jijel ont distribué, à ce jour, 20 815 cartes magnétiques Edahabia sur 30 854 unités reçues, soit un taux de 67%, a-t-on appris des responsables de ce secteur. Cette carte magnétique qui n’attire pas particulièrement les titulaires des comptes CCP à Jijel sans doute pour des raisons liées à une faible communication, facilite pourtant la procédure de retrait d’argent, de paiement électronique des factures et divers achats, sans avoir à se déplacer, a-t-on expliqué. Sur le territoire de la wilaya, ce sont au total 5 bureaux de poste sur 51 à avoir lancé les services via cette carte. Pour ce qui est de l’amélioration des prestations de services et la prise en charge des clients, nous apprendrons que 10 bureaux de poste ont connu des travaux de réhabilitation au cours de ces derniers mois, tandis 5 autres bureaux sont en phase d’amélioration à Bouraoui-Belhadef, Dekkara dans la commune de Taher, Bellara à El-Milia, Beni Belaid et Jijel. En matière de renforcement du personnel, les responsables du secteur ont fait savoir qu’“il n’y a pas de recrutement en l’occurrence par le biais de l’Agence nationale de l’emploi (Anem)”. Cependant, une rencontre nationale, qui permettra d’étudier les besoins de la wilaya pour l’année 2018, aura lieu prochainement, a-t-on indiqué.odejjijel.org

Liberté 18/10/2017 Par Rayan MOUSSAOUI

 

Jijel

23 arrestations dans une descente de la gendarmerie

Dans une opération coup de poing, menée, en fin de la semaine passée, dans les milieux de la délinquance avec un grand renfort de la gendarmerie nationale qui a mobilisé 228 gendarmes, 66 véhicules et 16 Motards, dans les communes de Settara, Sidi Abdelaziz et Emir Abdekader, 23 individus, impliqués dans divers crimes et délits, dont 3 étaient sous le coup d’un mandat de cherche, ont été arrêtés. Cette opération, qui a ciblé les milieux de la délinquance les plus connus et les différentes voies de communication de la wilaya de Jijel, a également permis la saisie de 1,5 kg de drogue et 105 comprimés de psychotropes. Trois fusils de chasse sous-marine, des armes blanches et des produits alimentaires transportés illégalement font aussi partie du lot des produits et matériels saisis. Par ailleurs, 765 bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques ont fait l’objet d’une autre saisie à travers le territoire de compétence de la gendarmerie nationale dans la commune de Jijel. La plus importante saisie de vin a été opérée à la route de contournement sud et au 3e kilomètres où trois personnes ont été arrêtées dans le sillage de cette opération. Une autre descente, menée dans un endroit suspect au 5e kilomètre a permis de mettre la main sur le reste des quantités de boissons alcoolisées saisies.odejjijel.org

El Watan 18/10/2017 Par Zouikri Amor

 

L’ANP coupe les ramifications du terrorisme : Un élément de soutien appréhendé à Jijel

L’Armée nationale populaire n’en démord pas à sa détermination dans la lutte contre le terrorisme et les sources qui maintiennent sa survie à travers le pays.

Outre les nombreuses opérations menées sur le terrain et qui se sont soldées par des pertes sèches dans le camp adverse, l’ANP entend couper tout contact susceptible de revivifier l’activité terroriste. D’où sa stratégie de combattre ses ramifications, à travers la traque des éléments qui soutiennent de façon directe ou indirecte l’hydre subversive. Ainsi, un élément de soutien aux groupes terroristes a été arrêté, lundi à Jijel, par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP), selon un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN), diffusé hier. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation efficace de renseignements, un détachement de l’Armée nationale populaire a arrêté, le 16 octobre 2017, un élément de soutien aux groupes terroristes à Jijel (5e RM)», précise-t-on de même source. Le même état d’esprit et de détermination anime les troupes militaires, adoubées dans leur combat par l’Etat-major de l’ANP, s’agissant la lutte contre les phénomènes qui pullulent le territoire national. En effet, dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l’ANP «ont saisi, à El Oued (4e RM), Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam (6e RM), trois véhicules tout-terrain, 6,38 tonnes de denrées alimentaires, 12 quintaux de cuivre et divers outils d’orpaillage», tandis qu’un autre détachement de l’ANP, des Gardes-frontières et des éléments de la Gendarmerie nationale «ont intercepté trois narcotrafiquants, 27,3 kilogrammes de kif traité et 772 comprimés psychotropes à Tlemcen (2e RM) et Oum El Bouaghi (5e RM)». Par ailleurs, «61 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été arrêtés à Tlemcen, Naama, Béchar, Adrar et In Guezzam», ajoute le communiqué.odejjijel.org
Le Quotidien d’Oran 18/10/2017 Par R. N.

 

Jijel : Algérie Poste

Plus de 20815 cartes magnétiques Eddahabia distribuées

L’unité d’Algérie poste de Jijel vient de distribuer plus de 20815 cartes Eddahabia a ses abonnes. Cette carte de paiement électronique permettra à son détenteur de régler via internet (en ligne) des factures téléphoniques, d’électricité et d’eau, ou effectuer des achats sur des sites de supermarchés algériens possédant les terminaux de paiement électronique (TPE). Selon la directrice de l’unité de Jijel, Mme. Nadia Boudina,   20 815  cartes magnétiques ont été délivrées depuis le lancement de cette nouvelle carte. D’après la même source, le paiement du carburant avec ladite carte sera opérationnel prochainement. Et d’ajouter, une fois la commande de la carte effectuée sur le Net, le détenteur du compte recevra un mail et un message sur son téléphone portable, l’informant du cheminement de sa carte vers la poste. Un cheminement qui dure deux semaines en moyenne. Cependant, les demandeurs de cette nouvelle carte (CIB) sont priés de s’assurer des renseignements portés sur le compte particulier, lesquels doivent être identiques à ceux transcrits sur le formulaire de demande disponible sur le site dédié à cette opération, faute de quoi, la demande sera différée. Par ailleurs, un site internet a été mis à la disposition des clients afin de procéder à la demande de cette carte via internet. Pour rappel, Algérie Poste a, également, lancé son application officielle, dénommée «Algérie Poste», pour les smartphones dont le système est Android, téléchargeable gratuitement. Cette application facilitera l’accès aux différents services d’Algérie Poste. La mise à jour effectuée par ces techniciens est nécessaire pour que les détenteurs de cette nouvelle carte puissent en disposer également auprès des GAB qui reconnaîtront les deux cartes (Eddahabia et l’ancienne carte magnétique), en attendant d’éliminer l’ancienne carte. Il faut savoir que chaque titulaire de compte CCP doit faire une demande pour se faire délivrer cette carte. Une demande qui se fait sur le site internet d’Algérie Poste, ce qui évite des déplacements pour remplir un formulaire et autres procédures compliquées auprès des guichets de la poste. Ainsi, à plus ou moins court terme, les anciennes cartes magnétiques seront appelées à disparaître de la circulation et avec la généralisation de la nouvelle carte Eddahabia, tous les paiements pourront se faire en ligne.odejjijel.org

L’Est Républicain 17/10/2017 Par M.Bouchama

APRÈS CINQ ANNÉES DE RETARD

À quand la livraison du viaduc de Ghar El-Baz à Jijel ?

Le viaduc de Ghar El-Baz relavant de la daïra de Ziama Mansouriah, dont la livraison est différée chaque année, accuse un retard flagrant le classant ainsi dans le rang des projets en souffrance que connaît la wilaya de Jijel. Devant faciliter la circulation routière sur la RN43, cet ouvrage d’art d’une longueur de 305 m et une largeur de 10,5 m a fait l’objet d’un avis d’appel d’offres pour l’entreprise réalisatrice, en novembre 2011.  Depuis, les responsables qui se sont succédé à la tête de la wilaya de Jijel ne cessent d’annoncer une mise en service qui n’a pas été concrétisée à ce jour.
Devant être achevés en 2014, les travaux de réalisation de ce viaduc avancent à un rythme très faible, pénalisant ainsi les usagers de l’axe Jijel-Béjaïa-Alger, notamment durant la saison estivale. Au mois d’avril dernier, les responsables de l’entreprise Sapta chargée de la réalisation du projet en question, avaient assuré que le viaduc sera ouvert à la circulation en juillet, tandis que l’ex-chef de l’exécutif les a sommés d’achever les travaux au mois de juin.
Six mois se sont écoulés depuis cette décision et le projet est toujours à la traîne. Une source au fait du dossier a fait savoir que la livraison de ce projet a été encore fois reportée pour le mois de janvier 2018. Sur un autre volet, le retard inexpliqué des travaux a affecté le secteur du tourisme dans cette ville côtière suite à l’encombrement qui se forme avant et après la grotte Baz.
D’ailleurs, pour tenter de fluidifier le trafic, les autorités locales ont pris la décision de fermer cette grotte au grand dam des estivants.odejjijel.org

Liberté 17/10/2017 Par Rayan MOUSSAOUI

 

JSD Jijel: Les joueurs en grève

«Je ne me suis pas déplacé avec l'équipe qui a joué samedi à Dar-El-Beida contre l'équipe locale du CRBDB», nous a déclaré l'entraîneur de la JSD, Chiha Toufik, qui se trouvait chez lui à Ain-M'lila. Quand nous lui avions fait part de notre surprise, notre interlocuteur a répondu que les joueurs étaient en grève. «Pas moins de 15 joueurs, dont tous les titulaires, sont entrés en grève la semaine d'avant parce qu'ils n'ont pas été payés. Les dirigeants n'ont pas d'argent et n'ont rien fait pour s'en procurer comme ils l'ont promis», a expliqué Chiha en ajoutant que ces derniers n'ont pu mettre à la disposition des joueurs le strict minimum pour l'entrainement, à savoir l'eau minérale et les ballons. «Les joueurs et le staff technique ont été obligés de jeter l'éponge», a-t-il indiqué en précisant que dans ce match de la cinquième journée du championnat de division nationale amateurs Centre, la JSD a évolué avec les remplaçants et des juniors. Selon ses propres dires, Chiha a posé trois conditions aux dirigeants d'En-Nemra pour retourner à la barre technique. Primo, il a exigé que les joueurs soient payés pour qu'ils puissent revenir. Secundo, il a demandé qu'on lui règle les trois mois de salaires impayés. Et tertio, il a exigé d'éloigner des membres du comité actuel, parce que la confiance est rompue. «Il est quasi impossible de travailler dans les conditions désastreuses que j'ai vécues durant les trois mois d'activité à la tête de la barre technique de la JSD». Il précisera qu'il n'a pas déposé sa démission par écrit auquel cas il risque de ne pas être payé, craigne-t-il. Il a signalé aussi avoir été contacté par un des proches de la direction, un ancien joueur de la JSD. Mais ce dernier n'a pas réussi à le convaincre de retourner aux commandes de l'équipe. «Car il ne m'a rien promis de concret», a souligné Chiha qui continue à camper sur ses positions. Encore une fois, nous n'avons pas réussi à joindre le président de la JSD, Benhabylès Salah, pour avoir sa version sur cette situation qui pénalise son club.odejjijel.org

Le Quotidien d’Oran 17/10/2017 Par A. Mallem

VIDÉO- L’ÉTRANGE MALADIE DE LA PETITE JIHANE, ATTEINTE D’UNE HYPERTROPHIE DU CRÂNE

C’est une maladie rare et impressionnante, mais qui peut être soignée !

Une famille de la wilaya de Jijel a lancé un appel aux dons pour sauver leur petite fille Jihane, souffrant d’une hypertrophie du crâne. Le sort de Jihane, âgée de 2 ans, dépend d’une prise en charge à l’étranger, dont le coût est estimé à 1 040 000 de dinars.

La tête de la petite Jihane, deux ou trois fois plus grosse que la normale, l’empêche de se tenir droite ou même de marcher à quatre pattes.

Son père, Nabil, espère l’hospitalisation de sa fille dans un hôpital tunisien. Ce dernier offre ses services à 13 000 DT, soit environ 1,04 millions DA.

La fillette est atteinte d’hydrocéphalie, une grave anomalie neurologique qui se définit par l’augmentation du volume des espaces contenant le liquide céphalo-rachidien et provoque une pression sur le cerveau. odejjijel.org

https://www.alg24.net/maladie-jihane-hypertrophie-crane/16/10/2017 PAR ADHERBAL

 

Programme de repeuplement du boisement forestier à Jijel

Un programme de repeuplement du boisement forestier de la wilaya de Jijel a été initié par les services de la Conservation des forêts. Il devrait concerner une superficie globale de 1055 hectares. Ces travaux forestiers, qui viennent de faire l’objet d’un appel d’offres dans le cadre du programme 2017, toucheront 12 communes de la wilaya. Répartis sur 10 lots, les travaux de repeuplement visent 160 ha dans la commune de Texenna, 150 ha dans celles de Bordj T’har et Chahna, 120 ha pour celles de Selma et El Milia et 120 ha conjointement pour Ouled Yahia et Sidi Maârouf.

Les communes de Settara et Ouled Asker verront des travaux forestiers sur respectivement 80 ha et 75 ha, alors que celles d’El Aouana et Ziama Mansouria seront conjointement touchées par des travaux sur 80 hectares. Enfin, la commune de Bouraoui Belhadef sera concernée par 20 ha. Par ailleurs, la Conservation des forêts vient d’attribuer des travaux d’aménagement de tranchées pare-feux sur 364 hectares à travers 11 communes de la wilaya, pour un montant de 18,38 millions de dinars. Les plus grandes tranchées empiéteront sur les communes d’El Ancer et Bouraoui Belhadef sur une superficie globale de 117 ha et un coût de 3,74 millions de dinars. Une superficie de 87 ha sera ouverte à Texenna pour 5,07 millions dinars, alors que le reste concernera conjointement El Milia et Settara (61 ha), Bordj T’har, Chahna et Oudjana (38 ha), Ziama Mansouria et Selma (32 ha) et enfin El Aouana pour 29 ha.odejjijel.org

El Watan 16/10/2017 Par Fodil S.

El Milia (Jijel)

Les pompiers pour nettoyer le Cimetière des martyrs

Adéfaut d’une implication des élus et du mouvement associatif dans les opérations de nettoyage, ce sont finalement les pompiers qui ont été mobilisés pour nettoyer le cimetière des martyrs dans la ville d’El Milia.

Durant plusieurs années, ce site où reposent les valeureux hommes de la région, qui se sont sacrifiés pour l’indépendance du pays, est resté livré à un état qui a nécessité l’intervention des éléments de ce corps pour qu’il soit enfin nettoyé. Non entretenu et envahi par la brousse, ce cimetière a fait l’objet, samedi, d’un véritable coup de balai grâce aux sapeurs-pompiers. Avec leur camion-citerne, des engins et tout leur matériel, ils ont pu enlever de grandes quantités de déchets avant de se débarrasser de tous les détritus qui se sont accumulés autour du site.

Des responsables au fait des rouages de fonctionnement de l’APC ont, par ailleurs, tenu à déplorer l’absence du moindre agent pour nettoyer le cimetière des martyrs. Quant au mouvement associatif, encore faudrait-il qu’il existe dans cette ville, il a brillé par son absence, en dépit des appels lancés en vue de cette opération.odejjijel.org

El Watan 16/10/2017 Par Zouikri Amor

Jijel

1 milliard DA de défaut de facturation au 3è trimestre

Un montant de 1 milliard de dinars de défaut de facturation a été constaté durant le 3ème trimestre de l’année en cours indique un bilan des services du commerce de la wilaya de Jijel.

Cette constatation a été faite après les 10200 interventions effectuées sur le terrain pendant cette période et à l’issue de laquelle 927 infractions ont été relevées. Ces dernières ont été suivies pour 920 d’entre-elles par le dressement de procès-verbaux pour des poursuites judiciaires alors qu’il a été prononcé 93 fermetures administratives de commerces.  Les mêmes services ont effectué 22 analyses physico-chimiques ainsi 86 bactériologiques. Pour ce qui est des produits saisis, la quantité est de l’ordre de 3,04 tonnes représentée essentiellement par des viandes ainsi que des produits alimentaires et cosmétiques. La valeur des saisies a été estimée à 1,028 millions DA.odejjijel.org 

El Watan 15/10/2017 Par Fodil S.

Centrale électrique de Bellara (El Milia)

Les travaux de génie civil à moitié accomplis

Même si une cadence plus accélérée a été donnée au chantier par rapport au début de son lancement, la réalisation de la centrale électrique de Bellara, à El Milia, est toujours à son stade des travaux de génie civil.

Une fiche technique élaborée par les responsables de ce projet renseigne avec détail sur l’avancement des travaux qui demeure plus que jamais à ce stade avec un taux de 50,28 %, tandis que les travaux de montage de ce projet d’envergure sont à 5,29 %.

Si les phases études et équipements de rechange ont atteint les stades respectifs de 87,01 % et 89,96%, la formation et les essais et la mise en service sont encore à 0%. Pour les deux blocs du cycle ouvert, les taux d’avancement dans les travaux de génie civil et de montage sont respectivement à 67,30 et 9,50 %. Pour le cycle combiné, les travaux de génie civil sont à 28,10% et de montage à 0 %. Le taux global de l’avancement du projet est de 65,86 %. «Il faut qu’il y ait une autre organisation du travail pour accélérer les travaux», a préconisé le PDG de  Sonelgaz lors de sa dernière visite à ce projet. Baptisée centrale électrique en cycle combiné de Bellara de 1389,29 MW aux conditions site, ce projet a vu le contrat de sa réalisation signé avec son constructeur, le Sud-coréen Hyundai Engineering Co, Ltd. (HEC) Hyundai Engineering /Construction Co., Ltd. 5HDEC) POSCO DAEWOO Corporation, le 19 février 2014. Le contrat de fourniture de ses équipements a, pour sa part, été signé avec général électrique le 18 août 2015.

Son maitre d’ouvrage est la société de production de l’énergie (SPE) et son maitre d’œuvre est la Compagnie d’Engineering, de l’Électricité et du Gaz (CEEG), qui est une filiale du groupe Sonelgaz. Ayant coûté le montant total d’un investissement en équivalent dinars algériens de 89 milliards, ce projet fait, pour rappel, partie d’une opération de réalisation de six centrales électriques en cycle combiné totalisant une puissance de 8000 MW repartie à travers le pays. odejjijel.org 

El Watan 15/10/2017 Par Amor Z.

 

Division nationale amateurs Est: L'USM Khenchela, c'est du solide

Partie pourtant avec les défaveurs du pronostic, l'USM Khenchela, qui évoluait en dehors de ses bases à Jijel, a arraché les trois points de la victoire face au CR Village Moussa, confirmant ainsi sa bonne santé, notamment en déplacement où elle reste intraitable. 
C'est là une excellente opération pour l'USMK qui a conforté son statut de leader devant l'un de ses redoutable poursuivants, l'USM Annaba en l'occurrence, qui est venu à bout de l'AB Chelghoum Laïd, dans un match à suspense et à huis clos. L'autre poursuivant, l'AS Khroub, n'a pas tremblé en damant le pion à la formation de Hamra Annaba, une équipe en proie au doute, alors que le HB Chelghoum Laïd, lui aussi sanctionné par le huis clos, n'a pas été capable de passer l'écueil de l'US Tébessa qui a glané un précieux point. A Kaïs, le CRB local s'est fait également accrocher par le MO Constantine qui, malgré les nombreux problèmes internes, a réussi à tirer son épingle du jeu, tandis qu'à Ouargla, le MC Mekhadema doit encore patienter pour remporter son premier succès de la saison, après avoir été tenu en échec par l'USM Aïn Beïda. Enfin, l'AB Merouana n'arrive plus à se mettre en évidence à domicile car, cette fois encore, elle s'est fait accrocher par le NRB Touggourt. Il est à noter que le dernier match au programme de cette journée s'est joué hier à Skikda entre l'Entente Collo et l'US Chaouia.odejjijel.org 

Le Quotidien d’Oran 15/10/2017 Par M. Benboua

Lutte contre l’insalubrité à Jijel

L’épreuve du terrain

Lancée à la faveur de l’installation d’une cellule de lutte contre l’insalubrité dans la wilaya de Jijel, la campagne de nettoyage entamée dans certaines villes est déjà à l’épreuve du terrain. Un terrain miné par une situation désastreuse sur le plan hygiène, avec des tonnes et des tonnes d’ordures et de déchets ménagers qu’il convient d’enlever au plus vite pour se soumettre aux instructions du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.

A Jijel, c’est déjà le branle-bas de combat. Un dispositif de mobilisation des collectivités locales, des associations et des mosquées est déjà mis en place. Le directeur de l’environnement déplore, cependant, l’absence du mouvement associatif pour participer à cette opération. «Au début, on a eu une vingtaine d’associations qui se sont présentées à nous, mais après on a eu droit à seulement trois qui se sont manifestées sur le terrain à Jijel», a-t-il regretté. Notre interlocuteur déplore encore qu’à El Milia, il a eu droit avec l’inspecteur de wilaya, à leur arrivée sur place, samedi dernier pour superviser une opération de nettoyage dans cette ville, à un spectacle de démission des responsables locaux.

«Le site qui a été retenu pour cette opération est un souk ouvert, il n’est même pas clos, les déchets sont partout et les espaces verts créés au milieu de la route sont jonchés d’ordures», a-t-il fait remarquer. Il reste qu’une opération de nettoyage a eu lieu tant bien que mal grâce à la mobilisation de quelques bénévoles venus nettoyer les alentours d’une mosquée et du cimetière des martyrs, qui n’a pas échappé non plus à cet état d’insalubrité qui gangrène cette ville. «Mais à quoi sert ce nettoyage si les vendredis et mardi sont des journées de marché qui se tiennent dans ce site, deux fois par semaine, d’énormes quantités de déchets sont abandonnés sur les lieux par les commerçants qui viennent squatter la route aux alentours de la mosquée et du cimetière des martyrs à côté de ce souk?», s’est interrogé pour sa part un citoyen de cette ville envahie par les ordures. Des opérations du même genre ont été lancées dans  la ville de Jijel selon un programme qui a été retenu pour tenter de redonner un autre look à des espaces rendus sales par les déchets de tous genres.

Il convient de rappeler que des cellules locales de recensement et d’identification des points noirs ont été créées à l’effet de mener cette campagne, qui aura pour mission de nettoyer des espaces pollués à l’extrême par des comportements irresponsables et un laxisme scandaleux qui en dit lent sur la démission des uns et des autres dans la mission de préservation de l’hygiène publique.odejjijel.org

El Watan 15/10/2017 Par Zouikri Amor

An-Nasr 19/10/2017

Akher Saâ 19/10/2017

El Massa 19/10/2017

El Maouid El Yaoumi 19/10/2017

En-Nahar El Djadid 19/10/2017

Accueil