Actualités sur Jijel en langue Française et Arabe

 

Jijel rend un vibrant hommage à feu Mohamed Seddik Benyahia

JIJEL - Un "important" programme a été mis au point à Jijel pour la commémoration, le 3 mai prochain, du 34ème anniversaire de la mort de Mohamed Seddik Benyahia (1932-1982), ancien ministre des Affaires étrangères décédé dans un crash d'avion, a-t-on appris mercredi auprès des services de la wilaya.

Une plaque commémorative, apposée à l'entrée du domicile natal, sera dévoilée à l'occasion par les autorités locales, en compagnie de membres de la famille révolutionnaire, a précisé la même source.

Des expositions de photos, documents et archives se rapportant au parcours de feu Benyahia, ainsi que des interventions d'hommage à cette personnalité qui a trouvé la mort, en compagnie de plusieurs proches collaborateurs, alors qu'il effectuait une mission de médiation entre deux pays belligérants, l’Irak et l’Iran, le 3 mai 1982, a-t-on noté.

Outre la projection d'un documentaire historique retraçant la vie et l'oeuvre de cette figure du mouvement national, le stade Colonel Amirouche abritera une rencontre de football mettant aux prises des anciens joueurs de l'équipe national et une formation locale.

Né le 30 janvier 1932 à Jijel, Mohammed-Seddik Benyahia, fut un homme politique, militant nationaliste durant la Guerre de Libération nationale.

Diplômé de l'Université d'Alger, Benyahia étant jeune avocat, a prit part activement dans la lutte pour l'indépendance du pays. Il fut secrétaire général de la présidence du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et membre de la délégation algérienne aux négociations pour aboutir à la signature des Accords d'Evian en 1962.

A l'indépendance, il a assumé plusieurs fonctions d'ambassadeur et de ministre (enseignement supérieur, finances, information, affaires étrangères jusqu'à sa mort en 1982).odejjijel.org

APS Mercredi, 27 Avril 2016 17:26Par Abdelhamid ZOUAD

 

ENVIRONNEMENT

JIJEL, VILLE EN FLEURS, VOIT LA VIE EN ROSE

JIJEL - Balcons fleuris, espaces verts biens entretenus en bas d’immeubles, …. la ville de Jijel, en ce début de la saison de printemps, se régénère, respire à plein poumon et semble définitivement résolue à retrouver son lustre d’antan, son look de cité littorale pittoresque.

Bien que les réflexes ont la peau dure, des citoyens mus par le vent de l’écologie et de la préservation de l’environnement se sont lancés, ces dernières années, à une nouvelle forme d’embellissement du cadre de vie de leur milieu environnant, au niveau de certains quartiers du chef-lieu de wilaya.

Quand l’amour de l’environnement rime avec balcons fleuris

De petites associations agissant pour la protection de l’environnement ont ainsi réussi à semer les graines de l’amour de l’environnement en lançant des concours du "meilleur balcon fleuri" et qui ont eu un impact positif.

L’essentiel est de faire le "premier pas" et dans la bonne direction pour amener, pour ne pas dire attirer, beaucoup de citoyens, à adhérer à cette action citoyenne, selon les propos d’un animateur de cette opération.

Les réseaux sociaux aidant, une certaine émulation a été créée chez des citoyens qui ont rivalisé d’imagination dans cette exaltante entreprise.

Dans le même ordre d’idées, des aménagements d’espaces verts au bas d’immeubles d’habitation ont émergé grâce à la volonté de comités de quartiers.

Les amas d’immondices qui "ornaient" autrefois beaucoup de quartiers de Jijel ont disparu, et le visiteur se retrouve face à des carrés, des triangles et autres formes géométriques où les couleurs des plantes et des fleurs se côtoient dans une parfaite symbiose.

A la cité jouxtant le stade de football Colonel Amirouche, la main verte est à l’honneur. Les tous petits comme les seniors se sont découverts une passion pour le jardinage et ont engagé toute leur énergie pour planter et reboiser des espaces autour des immeubles pour le bien de la communauté et des riverains.

40 millions de dinars l’embellissement des sites

Outre sa corniche, dont la beauté se passe de tout commentaire, Jijel est aussi une ville de fleurs, comme en témoigne la présence de fleuristes et horticulteurs qui ont pignon sur la route. Il suffit d’emprunter la RN 43 en direction d’El Aouana pour constater de visu le panorama qu’offrent les petites échoppes alignées sur cet axe routier et présentant une multitude de variétés de fleurs et plantes d’ornementation. Là, les cortèges nuptiaux y vont se ravitailler pour décorer les voitures de la longue procession qui sillonnera et la corniche et les principales artères de la ville.

A l’occasion des vacances scolaires de printemps, le parc animalier de Kissir, très prisé par les visiteurs depuis son ouverture il y a une dizaine d’années, a organisé, cette fois-ci, une exposition de plantes ornementales et de fleurs au grand bonheur des touristes se rendant à cet ensemble environnemental de 24 hectares.

L’initiative en elle-même est louable dans la mesure où elle contribue à apporter un plus au monde de l’environnement.

En matière d’hygiène, il faut dire que les autorités locales ne lésinent pas sur les moyens pour améliorer le cadre de vie des localités. Chaque début de semaine, des campagnes de volontariat de nettoyage auxquelles adhèrent les moyens humains et techniques, publics et privés, sont organisées avec comme corollaire des tonnes de détritus enlevés.

Comme la saison estivale approche à grandes enjambées, des actions d’entretien et de nettoyage des plages et des sites environnants sont lancés sur le terrain.

Pour cette opération, une enveloppe de 40 millions de dinars a été dégagée pour des actions d’aménagement et d’embellissement des sites destinés à accueillir des estivants. On susurre aussi que cette saison "ne sera plus jamais comme avant" où l’anarchie régnait en maîtresse.

Lors de réunions de préparation consacrées à la saison estivale, le wali Larbi Merzoug a, à maintes reprises, insisté sur l’aspect organisationnel à imprimer à cette période de l’année. Que ce soit le stationnement anarchique de véhicules, les parkings sauvages squattés, la vente d’objets sur la voie publique, …. Ce spectacle ne fera pas partie du décor de la célèbre corniche jijelienne, souligne-t-on.odejjijel.org

APS 27/04 13h54 Par Abdelhamid ZOUAD

 

1er tour cycliste national de Jijel : 250 participants attendus du 29 avril au 1er mai

JIJEL- Deux cent cinquante (250) participants prendront part au premier tour cycliste national de Jijel, prévu du 29 avril au 1er mai prochain, a annoncé, lundi, le secrétaire général de la wilaya, Ahmed Kerroum.

Initialement fixé à 160 athlètes, ce nombre a été porté à 250 coureurs, a précisé ce responsable, lors d’une réunion de la commission préparatoire de cette manifestation, tenue au siège de la wilaya.

Tous les aspects liés à cette compétition d’envergure nationale ont été abordées au cours de cette rencontre qui a réuni plusieurs responsables concernés par son organisation. Il s’agit notamment des volets hébergement, transport, restaurant, sécurité, information, couverture sanitaire par les structures de la santé et de la protection civile, animation.

Ce tour cycliste qui se déroulera en 3 étapes à travers les principaux axes routiers de la wilaya a pour objectif de promouvoir l’image touristique de cette région, a-t-on indiqué.

La 1ère étape (vendredi 29 avril) se déroulera entre Jijel et Ziama Mansouriah, en aller et retour sur un parcours de 88 Km. La seconde (samedi 30 avril) concernera le parcours Jijel- El Milia et retour (125 km) traversant plusieurs communes situées au sud-est de Jijel.  Enfin, la 3ème étape fixée au 1er mai, celle-ci sera jouera sous forme de circuit en ville dans les catégories juniors sur 60 Km et seniors sur 72 km.

Cette manifestation, destinée à relancer le cyclisme à Jijel sera également mise à profit pour honorer des anciens cyclistes qui ont fait les beaux jours de la petite reine dans cette région.

Ce tour national est également organisé en prévision de l’inscription de Jijel dans le prochain Grand tour cycliste d’Algérie (GTAC) pour l’année 2017, selon Ahmed Kerroum.

Une délégation de la Fédération algérienne de cyclisme (FC), conduite par son président, Rachid Fezouine, s’était rendue à Jijel dans le cadre de la préparation de cette épreuve nationale.

De son coté, le président de la ligue de wilaya, Mouloud Chabou, a affirmé, lors de cette réunion de mise au point, que " tout est fin prêt pour accueillir" le tour cycliste de Jijel.odejjijel.org

APS Mardi, 26 Avril 2016 08:57 Par Abdelhamid ZOAUD

 

Cyclisme - Tour de la wilaya de Jijel

Trois étapes au menu de 125 coureurs

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’action de l’année 2016, le fédération algérienne de cyclisme (FAC) organise, sous le patronnage du wali de Jijel et en partenariat avec la direction de la jeunesse et des sports ainsi que la collaboration de la ligue de wilaya, la 2e édition du Tour cycliste de la wilaya de Jijel. Programmée en trois étapes, cette compétition se déroulera à partir de demain au dimanche 1er mai. 125 coureurs représentant 14 clubs des catégories juniors et seniors sont attendus. Les deux premières étapes se feront en ligne respectivement sur des distances de 87,4 km et 119,1 km. Aujourd’hui, les coureurs s’attaqueront à la première étape dont le départ sera donné à 8h30 devant le siège de la daïra de Jijel où est prévue également l’arrivée. Le parcours s’effectuera principalement sur la Route nationale (RN) 43. Le lendemain (samedi), les cyclistes aborderont la seconde étape dont le départ est programmé à la même heure et au même lieu. L’itinéraire est prévu également sur la RN 43 avec une petite déviation sur le chemin wilayal aux environs du 53e km pour une distance d’un peu plus de 6 km puis retour sur la RN 43. La 3e étape se fera dans un circuit fermé et sera scindée en deux parties. La première course concernera la catégorie des juniors et débutera à 8h30. Les coureurs effectueront une distance de 60 km alors que la deuxième course sera entamée à 10h 30 et sera réservée aux seniors. Ces derniers effectueront 72 km dans le même circuit. Le lendemain, soit le 1er mai, verra le départ des délégations participant à cette 2e édition.odejjijel.org
Horizons 28/04/2016 Par K. H.

 

JIJEL :UNE FETE DU POISSON POUR PROMOUVOIR LE TOURISME

JIJEL- La traditionnelle fête du poisson aura lieu les 30 et 31 mai prochains à Jijel pour la promotion du tourisme de cette région, a-t-on appris, mardi, auprès des organisateurs.

Organisée par l’association locale "Essafir" pour le tourisme, avec la collaboration des directions de wilaya du Tourisme et de la Pêche, cette manifestation, prévue au port de Boudis, dans le centre de Jijel, réunira un grand nombre de participants des wilayas côtières du pays, a indiqué à l’APS son président Bilal Boudjaadar. Cette manifestation se propose de promouvoir le tourisme et de valoriser les richesses halieutiques, en tant que potentiel économique, a-t-il souligné. Hôteliers, restaurateurs classés 2 étoiles et plus, cordons bleus, professionnels des établissements de formation en hôtellerie seront conviés, pendant deux journées, à cette fête pour préparer et présenter le must des plats préparés à base de poissons et fruits de mer. La première journée sera réservée à un concours de pêche auquel prendront part les professionnels de la mer, et la seconde consacrée à la meilleure table où trôneront des plats à base de poisson. Cette fête sera aussi l’occasion pour honorer d’anciens pécheurs qui se sont fait remarquer pendant une longue carrière dans le monde de la pêche et des ressources halieutiques, selon les organisateurs.odejjijel.org

Le Temps d'Algérie 28/04/2016 Par Abdelhamid ZOUAD

Centrale électrique de Bellara à Jijel

Retard dans les travaux de génie civil

Lancé en novembre 2013, le projet de réalisation de la centrale électrique, prévu pour être mis en service dans sa phase simple en 2015, est encore au stade des travaux de génie civil.

Lors d’un récent déplacement du wali sur les lieux, la synthèse des travaux indiquait un taux d’avancement de 75,12%, ce qui dénote d’une certaine lenteur dans la cadence du chantier. Affichant clairement son mécontentement, le wali a interpelé le responsable du projet, lui recommandant de recourir au travail de nuit pour rattraper ce retard. Selon les données communiquées, le taux d’avancement global du projet est de 32,82%. Entamés au mois de juillet 2015, les travaux d’alimentation en gaz naturel de la centrale ont atteint le taux de 75%.
La mise en service des turbines à gaz est prévue pour octobre et novembre 2017.

Selon les données recueillies, les quatre cycles ouverts de la centrale seront mis en service en 2018, ce qui représente, selon ce qui est noté, les deux tiers de la puissance totale de cette station, à savoir 889,138 Mégawatts. Il est précisé que le basculement vers le cycle combiné de la centrale se fera progressivement par tranches, avec quelques adaptations sans que l’arrêt du cycle ouvert ne dépasse un mois. Dans sa phase de réalisation, cette centrale électrique mobilisera 2 400 emplois, desquels ils ne resteront que 350 postes dans sa phase d’exploitation. Le coût d’investissement global est de 89 milliards de dinars. Il est à rappeler que la réalisation de cette centrale d’une puissance de 1398,29 Mégawatts vise à satisfaire les besoins nationaux en énergie électrique. Le projet fait partie d’un ensemble de six centrales en cycle combiné reparties sur le territoire national totalisant une puissance installée de 8 000 Mégawatts.odejjijel.org

El Watan 27/04/2016 Par Amor Z.

 

La fête du poisson entre blagues et couscous

Samedi dernier, la fête a battu son plein à Jijel, mais ce n'était pas pour une cérémonie ordinaire. En effet, il s'agissait de la fête du poisson qui s'est déroulée dans une ambiance chaude et animée, tant les habitants de la ville vouent un attachement particulier à ce produit halieutique aux vertus nutritionnelles incomparables. 25 participants professionnels et amateurs étaient présents dans l'hôtel Kotama pour égayer ce festival de l'art culinaire traditionnel local, organisé par «Diwane Jijel» auquel étaient conviés tous les gens de la mer (marins pêcheurs, armateurs, amateurs de pêche et représentants des pêcheurs) qui se sont régalés, en l'occurrence. La fête a constitué également une occasion pour tout ce beau monde de discuter de la promotion de l'art culinaire. La célébration de cette fête a drainé un grand nombre de citoyens venus déguster les différents plats de poissons. Cette fête vient renouer avec d'anciennes traditions locales, malgré la hausse vertigineuse du prix du poisson qui a donné libre cours aux blagues et à l'humour acide des Jijeliens.odejjijel.org

L’Expression 27/04/2016 Par

Festival international de Marrakech de la poésie: l’Algérie à la 3e édition

MARRAKECH (Maroc) - La poétesse algérienne Badia Affane prendra part au 3e Festival international de Marrakech (sud marocain) de la poésie prévu du 28 au 30 avril sous le thème "La créativitéàliberté et paix", rapporte la presse locale.

Badia Affane présentera des lectures poétiques de ses deux recueils "En pourparlers avec l'amour"(2011) et "A la lisière du temps" (2014), son dernier recueil qui prend la forme de confessions, d'états d'âme où se mêlent avec simplicité la crainte, le rêve, la douleur et l'amour.

Née à Jijel, Badia Affane, de son vrai nom Niny Lys Badia Affane, embrasse une première carrière d'enseignante après des études de Lettres, avant de décider de se consacrer au journalisme et à la poésie.

Primée au Festival de Poésie de Constantine en 2011, elle est également élue "poétesse d'honneur"et récompensée en 2015 à l'occasion de la Journée mondiale de la Poésie au Maroc pour son "En pourparlers avec l'amour".

Des poètes en provenance de 17 pays arabes, d'Europe, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique participent à ce rendez-vous de la poésie, selon les organisateurs.

Un hommage sera rendu au poète marocain Ismael Zwirek et au Palestinien Al Nabulsi Oualid El Kilani.

Le Festival international de Marrakech de la poésie est une des plus importantes manifestations culturelles. Il accueille, depuis sa création en 2014, des poètes du monde entier.odejjijel.org

Le Temps d'Algérie, InfoSoir 28/04/2016 Par APS

 

Ouverture à Jijel du festival national du théâtre universitaire

Jijel-Un défilé des délégations participantes a été organisé à travers les principales rues de la ville, avant qu'il ne cède la place aux premières représentations théâtrales.

Cette 12ème édition qui se poursuivra jusqu’au 2 mai s’inscrit également dans le cadre de la célébration de la journée nationale de l’étudiant (6 mai 1956), ont indiqué les organisateurs.

La maison de la culture Omar Oussedik ainsi que les cités universitaires que compte le chef-lieu de wilaya sont les structures retenues pour les représentations théâtrales devant être jouées par les hôtes de la wilaya.

Outre des excursions de découverte des sites naturels et culturels de la corniche jijelienne, il est prévu, au programme, une conférence sur l'histoire de la troupe artistique du Front de libération nationale (FLN), un versant culturel du combat politique et armé qui a vu le jour en 1958, en pleine Guerre de libération nationale.odejjijel.org

Le Jour d'Algérie 27/04/2016 Par Abdelhamid ZOUAD de l'APS

 

 

Jijel: le parc animalier de Kissir, destination privilégiée de Bejaouis

JIJEL - Dix années après son ouverture, le parc animalier de Kissir (Jijel) s’est révélé une destination incontournable pour de nombreux touristes et particulièrement des familles de la wilaya voisine de Bejaia, a-t-on constaté.

Mis en service en juillet 2006, ce parc de vingt-quatre hectares, situé dans la commune d’El Aouana, à un jet de pierre de la grande bleue, représente, pour bon nombre de visiteurs, une bouffée d’oxygène, en plus du fait qu’il présente une bonne collection d’animaux de différentes espèces : lama (Amérique du Sud), des ours de Serbie et de singes d’Afrique.

Espace très recherché et fréquenté pratiquement 7 jours sur 7, cet ensemble verdoyant grâce à la richesse de son couvert végétal constitue un cadre de vie pour ceux et celles qui s’y rendent à la recherche d’un moment de détente et de délassement.

Il se découvre sur la route nationale  RN n°43, matérialisé par un rond-point agrémenté d’un jet d’eau surplombé par des dauphins.

Le musée ouvert dans l’enceinte même du parc présente une riche panoplie d’espèces animales. Cela va du lynx, en passant par les chouettes, les dauphins, un bassin d’éléphant, un museau de sanglier, à. le tout savamment empaillé par des taxidermistes, en plus d’une grande variété de poissons qui fréquentent les eaux de la corniche jijelienne.

Entrée gratuite et guidée, la visite du parc, construit en dur, offre un échantillon de ce que recèle la région de Jijel en faune et flore. On ne se rend pas au parc pour admirer seulement les animaux en cage sans faire un crochet au musée où quelques minutes suffisent pour se renseigner sur un riche patrimoine faunistique et floristique de cette région septentrionale, montagneuse et forestière ayant pignon sur mer.

L’artisanat est représenté dans cette enceinte par des boutiques qui exposent à la vente aussi bien des ustensiles en terre cuite que des souvenirs de la région.

Outre une mosquée pouvant accueillir des dizaines de fidèles, les visiteurs ne resteront pas sur leur faim puisque des commerces complètent le décor.

Pour les jeunes, voire les adultes que sont les parents accompagnant leur progéniture dans ces lieux, le manège, géré par un particulier, est aussi une grande attraction qui fédère de nombreux visiteurs. La grande roue, le bateau, le trampoline pour des sports acrobatiques, et autant d’autres équipements à l’image du cinéma en 5 D (dimension) agrémentent cet éden verdoyant.

Rencontré avec ses familles, Mohamed B, originaire de Kherrata, a affirmé faire chaque semaine le déplacement à Kissir, rien que pour "faire plaisir" à ses enfants, les installations de divertissement méritant tout ce trajet, a-t-il confié à l’APS.

D’autres familles de Mila, de Constantine, de Bejaia et de Tizi Ouzou effectuent aussi le déplacement de leurs wilayas respectives pour un séjour d’une journée dans ce parc où l’air est encore sain, pur et respirable à volonté.odejjijel.org

Le Temps d'Algérie 24/04/2016, InfoSoir 21/04/2016  Par Abdelhamid ZOUAD de l'APS

 

AGRO-ALIMENTAIRE

JIJEL : 12EME EDITION DE LA FETE DE LA FRAISE

JIJEL - La 12ème édition de la traditionnelle fête de la fraise de Jijel a été ouverte jeudi au musée Kotama, au centre ville, avec la participation de 21 exposants et la présentation de diverses variétés.

Les exposants ont étalé la "fine fleur" de leur production fraîche, alléchante tant par la couleur que par la grosseur et la saveur, devant les nombreux clients qui avaient l’embarras du choix entre les variétés dites "camarosa", "naïade", "sabrina" … et autres appelées, selon un jargon, que seuls les producteurs détiennent le secret.

Des stands de vente directe au consommateur ont été mis en place, sur une esplanade attenante au siège de l’APC et de la chambre locale d’agriculture.

Les barquettes proposées au prix de 250 à 300 dinars, selon la variété, ont trouvé facilement preneur et se sont écoulées rapidement.

Lors de sa visite marquant l’inauguration de cette 12ème édition de la fête de la fraise, initiée par la Chambre d’Agriculture et la direction de wilaya des Services agricoles (DSA), le wali, Larbi Merzoug, a appelé à la création d’une pépinière pour disposer de plants typiquement locaux, pour réduire la dépendance à l’importation des plants.

Le chef de l’exécutif local a également souligné l’importance de la mise en place de partenariat pour l’exportation de la fraise sur les marchés extérieurs, rappelant qu’un premier pas a été franchi récemment avec l’expédition de quantités de fraise notamment en Russie et dans les pays du Golfe.

De par son climat favorable, la disponibilité de ressources hydriques, l’existence de plaines alluviales et une force de travail y compris féminine importante et qualifié, la région de Jijel recèle des atouts importants pour le développement, l’intensification et la promotion de la culture de la fraise, a indiqué à l’APS le secrétaire général de la Chambre, Yacine Zeddam, en marge de cette cérémonie.

Dans la wilaya de Jijel, la fraise se taille la part du lion sur une superficie de plus de 322 hectares répartis au niveau d’une douzaine de communes côtières, dont notamment celles de Sidi Abdelaziz avec 104 hectares, Oued Adjoul (74,38 ha), El Ancer (65,12 ha), Djemaa Beni H’bibi (44,12 ha) et El Kennar avec 11,52 hectares.

Le "clou" de cette fête, désormais traditionnelle, a été la remise des prix aux lauréats des différents concours organisés pour la circonstance.

Le prix du meilleur exposant a été remporté par Mme Yamina Fitas (Sidi Abdelaziz) et Nouar Bentamoune (El Kennar), celui du meilleur producteur pour la saison 2015-2016 par Mohamed Lamine Abdelmalek (Djemaa Beni H’bibi) et Nabil Kehila (El Kennar).

S’agissant de la catégorie du meilleur pâtissier utilisant la fraise, la palme est revenue à Amel Souilah (Jijel).

La veille (mercredi), une vingtaine d’agriculteurs venus des wilayas de Tipasa, Alger, Skikda, Constantine, Ain Temouchent, Tlemcen avaient effectué des visites guidées dans cinq (5) exploitations spécialisées dans la production de fraise.

Les hôtes de Jijel ont fait part de leur intérêt vis-à-vis de cette culture qui, ont-ils affirmé à l’APS, ne manquera pas de "faire école" dans leurs wilayas respectives. Pour la campagne 2015-2016, les prévisions de production de la fraise sont estimées à plus de 95.000 quintaux, a-t-on affirmé.odejjijel.org

Le Temps d'Algérie 26/04/2016, InfoSoir 23/04/2016, maghreb emergent 22/04/2016 Par  Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

 

Crèches publiques à Jijel

Des structures sans entretien

Sur une dizaine de crèches réalisées dans la wilaya de Jijel, une seule est en activité, une autre est au centre d’un litige et les autres sont dans l’attente d’une hypothétique exploitation.

Dans certaines communes, ces garderies d’enfants ne sont plus que des structures encombrantes. «On ne sait pas quoi en faire, les avis d’appel d’offres n’ont suscité aucun intérêt», affirment des initiés aux péripéties de ces structures. Les rares personnes qui se sont intéressées à ces crèches ont demandé le changement de leur vocation pour les exploiter dans un autre domaine.

Pour nos interlocuteurs, cette éventualité ne se pose pas dans la mesure où leur gestion est conditionnée par un cahier des charges. Face à ce blocage, des instructions ont été données par le wali pour relancer le processus de leur exploitation. Or, il faut toujours espérer que ces instructions se traduisent par une suite positive lors du lancement des avis d’appel d’offres. Non équipées et non entretenues depuis des années, certaines de ces structures nécessitent des travaux de réhabilitation.

C’est le cas de la crèche de la ville d’El Milia, qui n’a, par ailleurs, suscité aucun intérêt pour son exploitation. «Elle est délabrée et le prix proposé pour son adjudication n’a pas suscité d’offres», indique-t-on.  A Sidi Marouf, on déplore que la crèche de cette commune ait été réalisée dans une localité à vocation rurale, ce qui rend aléatoire la présentation de toute offre. C’est aussi le cas à El Ancer, où aucune offre n’a été présentée lors du lancement de l’avis d’appel d’offres. L’unique crèche à être exploitée dans la wilaya de Jijel est celle de Taher. Ouverte aux enfants de cette ville, elle est en activité depuis déjà un certain temps. A Jijel, l’adjudication de la crèche de cette ville a pris un tournant complexe.

Le refus d’approbation du contrat de concession par l’autorité compétente est à l’origine d’un litige opposant la commune au bénéficiaire de ce contrat. «J’ai soulevé mon problème au P/APC et aux responsables de la wilaya et j’ai été reçu par le wali, et enfin, je me suis adressé au ministère de l’Intérieur et au président du Conseil de la nation et je continue à courir pour recouvrer mes droits dans la gestion de cette crèche», affirme le bénéficiaire du contrat.

Après s’être acquitté du montant d’un cautionnement de quatre mois, selon les documents présentés, en plus d’avoir investi une importante somme d’argent dans l’équipement de cette garderie, il est sommé de restituer les clés de la crèche à la commune. En attendant le lancement d’un autre avis d’appel d’offres, suite à l’annulation de cette procédure, comme il est précisé, cette crèche se retrouve, pour ainsi dire, dans la même situation que les garderies des autres communes, toujours inexploitées.

odejjijel.org 

El Watan 23/04/2016 Par Amor Z.

 

Réhabilitation du musée Kotama

Jijel  Une enveloppe de vingt millions (20) de dinars a été allouée pour la réhabilitation du vieux musée de Kotama, dans le centre de la ville de Jijel selon des responsables de la culture.

Ce projet, pris en charge par la direction des équipements publics (DEP), permettra de réhabiliter une aile de l’ancien musée, plus connu sous le nom de Medersa pour avoir accueilli, à plusieurs reprises dans les années 30 le cheikh Abdelhamid Ben Badis, a déclaré à l’APS Mohamed-Cherif Bouhali, directeur de wilaya de la culture, en marge de la cérémonie d’inauguration du mois du patrimoine. Cette réhabilitation devra tenir compte des spécificités de cette structure dont plusieurs pans menacent ruine. En parallèle, le musée s’est agrandi avec un nouvel espace réalisé il y a une dizaine d’années sur le même site servant de cadre pour accueillir diverses manifestations culturelles et d’animation d’envergure aussi bien locale, que régionale ou nationale. La cérémonie marquant le coup d’envoi du mois du patrimoine (18 avril - 18 mai) a été marquée par l’organisation d’une exposition, mettant en relief la richesse, la variété et la diversité du patrimoine local, inaugurée par le wali Larbi Merzoug et à laquelle ont pris part plusieurs associations activant dans les communes. Ustensiles de cuisine en terre cuite, tapis, équipements pour le travail de la laine, habits traditionnels (robes, gandouras, kachabias, burnous, ...) à coté de vieux manuscrits centenaires, ainsi que des photos de paysages de la région, trônent dans cette exposition qui a déjà reçu de nombreux visiteurs peu après son ouverture.

L'association «Ennour» pour la promotion de la femme rurale, basée à Djimla, a exposé à l'occasion des spécimens de matériels qui représentent la richesse du terroir de cette région rurale et montagneuse. L'une de ses membres a indiqué que cette association œuvre pour la «préservation et la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel», menacé de disparition. Dans une déclaration à la presse, le wali a notamment souligné qu'il était nécessaire de préserver et valoriser le patrimoine de la région, notamment l'artisanat qui a un important rôle à jouer sur le plan économique. odejjijel.org

Le Temps d’Algérie, InfoSoir 20/04/2016 Par Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

Algérie Presse Service 28/04/2016

Algérie Presse Service 21/04/2016

Akher Saâ 28/04/2016

Wekt El Djazair 28/04/2016

Kawalisse 28/04/2016

Sawt El Ahrar 28/04/2016

El Massa 28/04/2016

El Djoumhouria 28/04/2016

Sada Echarq 28/04/2016

El Itihed 28/04/2016

Accueil