Actualités sur Jijel

 

JIJEL : COMPLEXE SIDÉRURGIQUE DE BELLARA

500 travailleurs renforceront le chantier

Une tranche de 500 travailleurs, entre ingénieurs et techniciens supérieurs et techniciens, renforcera «prochainement» le chantier de construction du complexe sidérurgique de Bellara (El Milia), a affirmé dimanche le wali de Jijel, Larbi Merzoug. Intervenant lors de la cérémonie inaugurant la rentrée de la formation professionnelle 2016-2017 qui a eu pour cadre l’Institut national supérieur de la formation professionnelle (INSFP) Chabouni Idriss, le chef de l’exécutif local, soulignant l’importance du volet de la formation, a annoncé le placement de cette première tranche de 500 travailleurs, dans la perspective de l’entrée en production d’ici un an (2017) de ce pôle sidérurgique devant générer plusieurs milliers d’emplois directs et indirects.  Rappelant que la wilaya dispose de grands chantiers créateurs d’emplois, le wali a notamment appelé les jeunes à opter pour une formation qualifiante dans les structures de la formation professionnelle et assurer, de la sorte, leur avenir socioprofessionnel. Pour cette rentrée marquée par l’arrivée de plus de 5.700 nouveaux candidats, les effectifs globaux font état de plus de 12.000 stagiaires répartis dans 17 centres de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA) et un (1) Institut national, au chef-lieu de wilaya.  Deux (2) spécialités sur les 120 que compte la carte de la formation professionnelle ont été introduites au titre de la nouvelle année de formation, et concernent la formation de techniciens en maintenance de véhicules légers et de Tourisme (agences de voyage), a indiqué un responsable de la direction de la Formation professionnelle.  La promotion sortante, composée de 4046 stagiaires, a été dominée surtout par la branche BPT (Bâtiment et travaux publics) avec 350 apprenants, suivie de la plomberie avec 470 diplômés qui ont été soit recrutés au sein d’entreprises ou travaillent pour leur propre compte,   a-t-on précisé.odejjijel.org

L’Est Républicain 27/09/2016, Le Temps d’Algérie 26/09/2016  Par Abdelhamid ZOUAD

 

Université de Jijel : Lancement de la 4e école de physique théorique

Le centre d’accueil et de repos des œuvres sociales de l’éducation (ex-Hôtel Bouhanche) a abrité, samedi, le lancement officiel de la 4e école de physique théorique organisée par le Laboratoire de la faculté des sciences et technologies.

C’est dans ce cadre apaisant en bord de mer que se déroulera cette école, dont les travaux ont débuté ce dimanche pour se poursuivre jusqu’au jeudi 29 septembre. Outre les physiciens nationaux activant en Algérie ou à l’étranger, cette école a convié d’éminents physiciens de la Tchéquie, la Russie, la Turquie, l’Italie et la France. Les conférenciers exposeront lors de ces journées leurs travaux sur l’analyse fonctionnelle, la mécanique quantique des systèmes symétriques et pseudo-hermitiens, les effets non linéaires dans l’électrodynamique quantique, la géométrie non commutative dans les applications en physique ou encore l’effet Casimir.

Le Pr Kheiredine Nouicer du Laboratoire de physique théorique de l’université de Jijel, qui a relevé «la très haute qualité» des présents, n’a pas manqué de rendre hommage à deux éminents physiciens : l’algérien Lyazid Chetouani, qui fête ses 70 ans, qualifié «d’icône de la physique théorique en Algérie et un grand physicien pétri de grandes valeurs morales et humaines» et le Français Raymond Stora, physicien du Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de physique théorique, mort en juillet 2015 qui «était le parrain des deux précédentes éditions de l’école de physique théorique de Jijel et qui a beaucoup aidé et cru en nous», dont la mémoire a été saluée par l’orateur.

Pour sa part le recteur de l’université Mohamed-Seddik Benyahia de Jijel, le Pr Salah Kaouache a salué cette initiative scientifique qui vise à intégrer la dynamique de notre époque, caractérisée par les avancées technologiques. Il ne manquera pas de citer l’école de linguistique de Prague qui jouit d’une grande notoriété et souhaitera que soit organisée une rencontre sur la linguistique et d’ajouter que «connaître l’autre c’est être tolérant, c’est être compréhensif et accepter le vivre ensemble». On rappellera que l’université de Jijel a été retenue, il y a quelques années, par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour abriter un centre international de physique théorique, dont il ne reste que la concrétisation sur le terrain.odejjijel.org                                                                   

El Watan 27/09/2016 Par Fodil S.

 

Plan bleu : 659 infractions de motocycles enregistrées

Les services de la sûreté de la wilaya de Jijel ont relevé 659 infractions au Code la route, commises par des conducteurs de motocycles durant la période estivale.

Ce chiffre a été communiqué dimanche par le chef de la sûreté de wilaya, Mohamed Zouhri, lors de la présentation du bilan du Plan bleu qui couvre la saison estivale. «Si le nombre des infractions et des délits de la circulation routière a enregistré une baisse par rapport à l’été 2015, ceux relatifs aux motocycles ont par contre connu une hausse, ce qui nécessite des efforts sécuritaires et de sensibilisation  envers cette frange de la population», dira le chef de sûreté.

La mobilisation de 1331 agents de la sûreté a touché les milieux urbains et les 6 plages relevant de leurs compétences (1 à Jijel, 1 à El Aouana et 4 à Ziama Mansouriah).  Les 64 interventions des policiers sur les plages ont abouti à la saisie, entre autres, de 772 chaises en plastique, 555 parasols, 264 tables en plastique et 259 tentes.

Le bilan de la sûreté fait aussi ressortir une augmentation des affaires liées au trafic de la drogue, passées de 27 à 35 cas avec une hausse des saisies, évaluées à 14,618 kg de drogue et 4057 comprimés de substances psychotropes. Pour ce qui est des décisions de fermeture de locaux, 186 arrêtés administratifs concernant des cafés, des hôtels, des locaux de vente de matériaux de construction et autres ont été exécutés.

Le chef de sûreté a par ailleurs insisté sur la relation police-citoyen en précisant que ce qui compte c’est d’avoir l’information pour pouvoir mener des interventions rapides en cas de délit, de crime ou d’accident et que l’anonymat du citoyen est garanti à travers les appels via le numéro vert 1548 et le numéro d’urgence 17.odejjijel.org                                                                   

El Watan 27/09/2016 Par F.S.

 

Jijel: 50 millions de dinars pour la réhabilitation du camp de jeunes de Bordj Blida

JIJEL - Une enveloppe de cinquante (50) millions de dinars a été allouée pour la réhabilitation du camp international de jeunes de Bordj Blida, a indiqué dimanche à l’APS le directeur de wilaya de la Jeunesse et des sports, Amar Djaiz.

Des constructions en dur vont remplacer les grandes tentes qui faisaient office de dortoirs pour les jeunes colons en période estivale, a précisé la même source détaillant que le plan de réhabilitation englobe également la réalisation d’un bloc réservé à l’administration et la rénovation des structures existantes.

Soutenant que cet établissement qui relève de l’Agence nationale des loisirs de la jeunesse (ANALJ) est un précieux acquis pour le secteur de la jeunesse et des sports, le même responsable a affirmé qu’une fois les travaux de réhabilitation achevés ce camp de jeunes accueillera le maximum d’équipes sportives, d’autant que toutes les conditions  seront assurées  pour un séjour des plus agréables.

S’étendant sur  6,8 hectares, le camp des jeunes, implanté dans une région abondamment boisée, privilégié par un paysage féerique et fouetté par l’air marin fait partie des curiosités de la célèbre corniche jijelienne.

Inauguré en 1987, ce camp qui dispose de plusieurs commodités (chambres pour hébergement, terrain de football, salles de conférences ou de projection cinématographique, douches, réfectoire, salle de soins, théâtre romain de plein air… ) a, depuis, acquis ses lettres de noblesse pour avoir accueilli, à longueur d’année,  des milliers de jeunes venus de divers horizons ainsi que des sportifs pour des séances de formation, regroupement, et recyclage.

Ses capacités d’accueil sont 80 lits et 300 places dans des tentes, selon une fiche de présentation, qui fait état du séjour de 4.136 jeunes dans cet établissement entre 2013 à 2016.odejjijel.org

APS Dimanche, 25 Septembre 2016 15:08Par Abdelhamid ZOUAD

 

JIJEL

Découverte d’ossements sur un chantier à Béni Yadjis

Lors des travaux de terrassements effectués par  le groupement d’entreprises algero-italien chargé de la réalisation de la pénétrante autoroutière entre jijel- El Eulma, à l’emplacement de l’échangeur, des ossements de douze personnes ont été déterrés. Il s’agirait vraisemblablement de ceux des douze (12) martyrs exécutés par l’armée

coloniale. Le lendemain, des contacts ont été entrepris pour vérifier la véracité de cette information. C’est sur le territoire de la commune de Beni Yadjis que ses ossements ont été découverts cette ville est un livre d’Histoire ouvert devant nos yeux émerveillés par la grandeur des découvertes que nous ne cessons de faire quotidiennement. Cette fois, ce n’est ni ses murs en pierres de taille qui l’enceignent comme une citadelle ni celles couvertes d’inscription latines qui témoignent des faits marquants de son Histoire, encore moins des demeures et des établissements publics élevés dans le plus pur style colonial. Non, cette fois, le fait qui défraie historiquement la chronique est autre. La vérité est qu’il s’agissait certainement d’ossements de martyres Pour en avoir le cœur net, les autorités locales ont fait appel à des experts. Les résultats de cette expertise seront connus dans une semaine . Par ailleurs, il faut rappeler qu’une telle découverte n’est pas la première à Beni Yadjis , puisque des ossements de cinq personnes ont été trouvés, auparavant, sur les mêmes lieux, situés à quelques bornes du chef-lieu de la commune. Les fouilles se poursuivent, a-t-on ajouté, soulignant que des contacts ont eu lieu avec une personne ayant tout le temps vécu dans la région, qui a confirmé que le lieu de la découverte a été, en 1957, le théâtre de plusieurs affrontements entre des éléments de l’Armée de libération nationale (ALN) et les forces coloniales, ce qui conforterait l’hypothèse que ce sont des ossements de martyrs. Néanmoins, les investigations se poursuivent aussi pour permettre une éventuelle identification et l’époque à laquelle remonteraient les ossements.odejjijel.org

L’Est Républicain 26/09/2016 ParM.Bouchama

 

Jijel : Il y a 59 ans mourait le chahid Dakhli Mokhtar

La commémoration du 59e anniversaire de la mort du chahid Dakhli Mokhtar, dit El-Baraka (1929-1957), a été marquée à Bordj T'har, sud-est de la wilaya de Jijel, par plusieurs festivités axées essentiellement sur la mémoire et le souvenir de la lutte armée de libération nationale.

La manifestation a été également marquée par une conférence animée à la maison de jeunes de la localité par l'historien-universitaire Azzedine Maïza pour évoquer notamment le parcours du chahid Dakhli Mokhtar, aux côtés de témoignages et récits autour de la vie de cette figure emblématique de la Révolution armée. Dakhli Mokhtar surnommé El-Baraka, né le 2 décembre 1929 au lieu-dit Ouled Abdellah, près de Chekfa, a milité au sein du PPA (parti du peuple algérien) de 1945 à 1954, s'est vu confier la responsabilité de zone à l'âge de 28 ans. Il a livré à l'ennemi de nombreuses batailles qui firent de lui un héros dont le souvenir demeure encore vivace dans les esprits de ceux qui ont vécu cette époque glorieuse de la guerre de Libération nationale, selon une notice biographique lue à l'occasion. El-Baraka est tombé au champ d'honneur au cours de la célèbre bataille de Dar Saddam le 19 septembre 1957. Lors d'une visite des hauts faits d'armes à Bordj T'har, les représentants locaux des organisations nationales des moudjahidine (ONM) et des enfants de chouhada (ONEC) ainsi que de nombreux citoyens ont émis le souhait que la demeure qui a vu naître Dakhli Mokhtar ait le statut de musée. Cette bâtisse, construite en pierre de taille, recouverte de tuiles, et entourée de vieux oliviers, tient encore debout en dépit de l'usure du temps. Les autorités locales, civiles et militaires, présentes à la cérémonie commémorative, ont également effectué des visites d'un ancien centre de torture de l'armée coloniale. Le site de Bouyahmed, théâtre d'une bataille historique livrée aux militaires français en 1957, a été immortalisé par une stèle érigée pour perpétuer le souvenir d'un pan de la guerre de Libération nationale (1954-1962).odejjijel.org

Le Temps d’Algérie 26/09/2016 Par Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

Ziama Mansouriah (Jijel) : 41 tonnes de sardines pêchées

Une quantité dépassant quarante et une (41) tonnes de sardines a été pêchée récemment au port de Ziamma-Mansouriah (ouest), selon la directrice de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques, Nadia Ramdane.

Cette prise, réalisée quelques jours après l'Aïd El-Adha, coïncidant avec la reprise des activités de pêche, constitue un record jamais atteint dans cette wilaya côtière, a indiqué cette responsable. Sur les marchés de proximité et au niveau de la poissonnerie centrale de la ville, les prix de cette espèce halieutique, à la grande joie des consommateurs, notamment les bourses moyennes, se situent entre 130 et 250 DA selon la qualité et la fraîcheur du produit exposé à la vente. D'autres espèces de poisson ont également vu leurs prix chuter sensiblement. En période estivale, le prix de la sardine oscillait entre les 500 et 700 DA. La sardine de la région, très prisée pour son goût aussi bien par les consommateurs que les revendeurs, trouve preneur dans plusieurs wilayas du pays, ont affirmé des mareyeurs au chef-lieu de wilaya.odejjijel.org

Le Temps d’Algérie 26/09/2016 Par Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

JIJEL

CONCOURS NATIONAL DE LA PHOTOGRAPHIE SOUS-MARINE

Nadji Kouaci décroche le 1er Prix à Jijel

Le 1er Prix de la 5ème édition du concours national de la photographie sous-marine tenu sur le plan d'eau de la plage Bordj Blida, à El-Aouana, dans la wilaya de Jijel a été décroché par Nadji Kouaci de l'association Decapalm d'Alger. Le second prix du même concours dont les résultats ont été annoncés vendredi soir a été remporté par Hocine Koudri du club Hippone de la ville d'Annaba alors que le troisième prix a été partagé entre les plongeurs-photographes Rym Tebibal et Mohamed Sia du club les gens de mer de Jijel. Dans la catégorie meilleur court métrage abordant le monde marin, le premier prix de cette 5ème édition a été remporté par le plongeur-photographe Khalid Amarouche de l'association Octopus (Jijel) pour son oeuvre intitulée «le trésor vert de la Méditerranée». Au total trente-deux plongeurs évoluant en binômes ont pris part à cette compétition mise sur pied par le Parc national de Taza (PNT) avec le concours de la direction locale de la Pêche et des ressources halieutiques. La compétition consistait en la prise de photos sous-marine au large et sur le plan d'eau Grand Phare (Ras-El-Afia), mettant en exergue la richesse de la faune et de la flore marine comme message pour la préservation de la biodiversité. Le concours, ouvert jeudi s'est étalé sur deux jours et a été marqué par d'excellentes conditions atmosphériques et météorologiques qui ont contribué à assurer son succès. Lors de la cérémonie inaugurale, jeudi dernier, en présence du chef de l'exécutif local, Larbi Merzoug, les organisateurs ont émis le vœu d'élargir cette manifestation sportive et de loisirs à un rang international.odejjijel.org

Horizons 26/09/2016, L’Expression 25/09/2016 Par Abdelhamid ZOUAD de l’APS

 

Concours de photographie sous-marine à Jijel

Octopus et Kouaci lauréats

Le court métrage et les images gagnantes de la 5e édition du concours de photographie sous-marine de la corniche jijelienne, placée sous le haut patronage du wali de Jijel et organisée par le Parc national de Taza en collaboration avec la direction de la pêche, la ligue de wilaya des activités subaquatiques, le Fonds mondial pour la nature (WWF MedPo-Sea-Med) et le concours de clubs locaux de plongée, ont été dévoilés vendredi soir à la salle Hamlil de Jijel en présence notamment du président de l’APC de Jijel et des directrices de la pêche et de la culture. Avant d’entamer la remise des prix, un hommage a été rendu au défunt plongeur Redouane Harbi, dont la famille représentée par son frère a été honorée à l’occasion.

Pour le prix du court métrage, le choix du jury a été porté sur le travail présenté par le duo Khalid Amarouche-Yacine Baha du club Octpus de Jijel, intitulé Le trésor vert de la Méditerranée, un plaidoyer pour la préservation des herbiers de posidonie.

Pour la photographie sous-marine, le plongeur-photographe Nadji Kouaci du club algérois Decapalm, et après son sacre lors de la 4e édition, a remporté cette fois aussi le premier prix. Il était accompagné de Mohamed-Yazid Boubidi. La deuxième marche de ce podium est revenue à l’enfant de Annaba, Hocine Kouidri, qui faisait duo avec Mehdi Roula, alors que le 3e prix a été conjointement décerné à Rym Tebibel et Mohamed Ouassia. Le coup d’envoi officiel de cette manifestation a été donné jeudi matin au rivage de Bordj Blida (commune d’El Aouana) par le wali de Jijel en présence d’une quinzaine de duos de plongeurs issus de 7 wilayas côtières (Annaba, Skikda, Béjaïa, Boumerdès, Alger, Mostaganem et Jijel).

Si la première journée s’est déroulée à Bordj Blida, la deuxième plongée a été faite à Ras El Afia (Grand Phare, commune de Jijel). Le séjour des compétiteurs a été agrémenté par une randonnée pédestre dans la région de Chréa qui surplombe Dar El Oued (Grottes merveilleuses), dans la commune de Ziama Mansouria. Là aussi, il s’agit d’un chantier pédestre ouvert dans le cadre des activités visant à sensibiliser sur la nécessaire préservation de la biodiversité d’une manière générale.odejjijel.org   

El Watan 25/09/2016 Par Fodil S.

 

 

Akher Saâ 27/09/2016

An-Nasr 26/09/2016

Ech-Chaâb  26/09/2016

Al Fadjr 26/09/2016

Remarque: Celui qui veut une publication ancienne, il n'a qu’à envoyé un mail sur odejjijel@yahoo.fr en indiquant la date de parution

Accueil